À propos

Saint-Boniface est le coeur de cette histoire

2020

Saint-Boniface est au cœur de cette histoire, mais la francophonie est vivante dans tous les coins de la province. Venez découvrir son histoire, visitez les attraits historiques, faire part des expériences uniques et jouir de la joie de vivre contagieuse et l’accueil chaleureux des communautés francophones et métisses de Saint-Boniface et du Manitoba.

Persévérance et passion

2019

Mais la persévérance du peuple et sa passion pour sa langue et sa culture ont persévéré.  Aujourd’hui, on reconnait cette culture vibrante qui contribuent à la richesse de la province, à sa diversité et à sa longue histoire. On y retrouve une francophonie moderne, artistique, et accueillante.

Soeurs Grises

1844

Une longue histoire s’ensuit, incluant l’arrivée des Sœurs grises, des mouvements migratoires qui voit l’arrivée de francophones de plusieurs souches, le mouvement populaire et démocratique mené par Louis Riel qui crée la nouvelle province sous L’Acte du Manitoba, la constitution qui reconnaît la dualité linguistique et culturelle de la nouvelle province, et les crises linguistiques qui ont presque effacer le français au Manitoba.

La colonie de la Rivière-Rouge

1800

La colonie de la Rivière-Rouge, fondée par les Métis, se consolidera avec l'aide de l'Église pour devenir un des principaux foyers de la vie française dans l'Ouest. La présence francophone s'ancre définitivement du côté est de la rivière Rouge à la hauteur de l'Assiniboine, avant de s'étendre à toute la future province. Saint-Boniface devient la « capitale » catholique et francophone de la colonie naissante de la Rivière-Rouge. 

La Vérendrye

1738

Débutant avec La Vérendrye, qui avait atteint le site actuel de Saint-Boniface en 1738, les premiers Européens à s'aventurer dans l'Ouest, au XVIIIe siècle, étaient des francophones. Fruit de l'établissement permanent de ces derniers au sein des communautés amérindiennes, la nation métisse s'est alors formée au confluent des rivières Rouge et Assiniboine. Elle s'est affirmée au milieu du XIXe siècle par sa résistance au monopole de la Compagnie de la Baie d'Hudson, puis au gouvernement canadien, pour se disperser ensuite dans l'Ouest canadien. La nation métisse s'est maintenue depuis en marge des autres populations de la région.